INVESTIR DANS L'IMAGINAIRE DE

Incendies

Investir dans l'imaginaire de Wajdi Mouawad

Œuvre-phare du théâtre au Québec, Incendies de Wajdi Mouawad a connu un succès international hors du commun. À preuve : la pièce a embrasé les scènes de nombreux pays et son texte a été publié en huit langues, dont le russe!

Découvrir l’oeuvre

Avec Incendies, l’auteur porte un regard lucide et troublant sur l’incohérence du monde et la quête identitaire se conjugue sur fond de guerre.

Auteur, metteur en scène, comédien, plasticien et cinéaste libano-québécois, Wajdi Mouawad est un champion des narratifs où s’entremêlent époques et géographies, intime et universel, vérités humaines et historiques. Exposant les passions et les conflits d’hommes et de femmes en quête de leurs origines dans un monde qui a bouleversé leurs vies, ses textes marquent à tous coups les spectateurs par leur grande humanité.

Incendies raconte l’histoire d’une femme, Nawal, qui a fui un pays tourmenté par la violence, et celles de ses jumeaux, Jeanne et Simon, qui reçoivent deux de ses lettres à la suite de son décès : l’une à remettre à leur père qu’ils croyaient mort, l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Commence alors pour eux un douloureux périple en terre étrangère à la recherche de cette filiation.

Extrait de la pièce Incendies au Théâtre du Trident, en 2018.

Extrait de la pièce Incendies au Théâtre du Trident, en 2018.  – Crédit : Le Trident

De la scène à l’écran

En 1994 et 1998, le Conseil accorde ses premières bourses de recherche et création à Wajdi Mouawad. En 2003, Incendies est créé au Théâtre de Quat’sous et six ans plus tard, Wajdi Mouawad présente Littoral, Incendies et Forêts en enfilade au Festival d’Avignon. La puissance de ce marathon de onze heures laisse les spectateurs subjugués.

En 2010, Incendies est porté au grand écran par le cinéaste Denis Villeneuve. Sa projection à la Mostra de Venise est suivie d’une ovation de 10 minutes. Au Québec, l’accueil du film se traduit par des milliers d’entrées en billetterie dès les premières semaines.

En 2011, Incendies est en lice dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère lors de la 83e cérémonie des Oscars. Cette visibilité lui apporte une distribution internationale. Classé parmi les dix meilleurs films de 2011 par The New York Times, il rafle de nombreux prix internationaux et récompenses.

Incendies en chiffres

  • 2003: année de création à Montréal
  • 8 : nombre de langues dans lesquelles le texte a été adapté et publié (roumain, anglais, allemand, italien, néerlandais, espagnol, portugais et catalan)
  • 6 : pays dans lesquels Wajdi Mouawad a mis en scène Incendies (Canada, France, Espagne, Italie, Allemagne, Russie)
  • 35 : nombre approximatif de versions professionnelles d’incendies diffusées à l’international depuis 2007
  • 41 : pays où le film de Denis Villeneuve a été projeté

La pièce Incendies de Wajdi Mouawad a été traduite en huit langues et son adaptation cinématographique par Denis Villeneuve a été projetée dans 41 pays.

La pièce Incendies de Wajdi Mouawad a été traduite en huit langues et son adaptation cinématographique par Denis Villeneuve a été projetée dans 41 pays.

D’autres imaginaires transposés

La force d’un texte inspire souvent sa transposition dans un autre médium. Des imaginaires se rencontrent tandis que des romans deviennent des films, et des pièces de théâtre des œuvres lyriques. En voici quelques exemples.

En 1996, le Conseil accorde une première bourse de recherche et création à l’écrivain Gaétan Soucy pour l’écriture d’un projet de livre, alors intitulé La petite fille morte derrière les rosiers.
Oeuvre noire et particulièrement originale, le projet littéraire sera finalement publié sous La petite fille qui aimait trop les allumettes. Encensé par la critique et traduit dans une vingtaine de langues, le roman apporte à l’auteur une renommée internationale et figure parmi les incontournables de la littérature québécoise.

Le roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Simon Lavoie, et a été présenté en première mondiale au TIFF en 2017.

Le livre La petite fille qui aimait trop les allumettes a fait l'objet d'une adaptation au cinéma en 2017.

Le livre La petite fille qui aimait trop les allumettes a fait l’objet d’une adaptation au cinéma en 2017. – Crédit : Maxime Rheault

Solo signé Évelyne de la Chenelière, Bashir Lazhar est créé en 2007 au Centre du théâtre d’aujourd’hui et interprété par Denis Gravereaux.

En 2011, le réalisateur Philippe Falardeau a adapté la pièce au cinéma, sous le titre Monsieur Lazhar. Donnant à l’acteur algérien Fellag un de ses plus grands rôles, le film fait des ravages émotifs et séduit la critique de nombreux festivals internationaux.

Comédien et auteur du solo King Dave, Alexandre Goyette reçoit du Conseil en 2005 une bourse de 10 000 $ qui accompagne le Masque du texte original. Le Conseil soutient par la suite une impressionnante tournée au Québec de King Dave (70 représentations!) en 2007.

En 2016, Podz a transposé le texte en un long plan séquence de 91 minutes mettant en vedette Alexandre Goyette.

Affiche du film King Dave, réalisé par Podz

Affiche du film King Dave, réalisé par Podz – Crédit : GO Films – Séville

En 2016, dix ans après que son adaptation cinématographique par John Greyson ait raflé le Prix Génie du meilleur film, la pièce Les Feluettes de Michel-Marc Bouchard, initialement écrite en 1987, est adaptée dans sa version lyrique à l’Opéra de Montréal, sur une musique de Kevin March, et une mise en scène de Serge Denoncourt, donnant du coup une troisième vie à cette oeuvre magistrale.

25 ans du Conseil des arts et des lettres du Québec

Cet article s’inscrit dans une série d’histoires consacrées aux imaginaires et aux œuvres ayant reçu l’appui du Conseil des arts et des lettres du Québec depuis 1994.

Lire les autres histoires

2100x600_CALQ_Entete Communiqué_theme