Pour un développement artistique durable

© CALQ
13 octobre 2016 Éditorial – Pour un développement artistique durable

Infolettre À L’OEUVRE – no 77

À bien des égards, cet automne revêt des allures de printemps, car il marque le début d’un temps nouveau et contient la promesse d’un épanouissement fondé sur les gestes que nous posons aujourd’hui pour préparer l’avenir.

Anne-Marie Jean

Le 21 septembre dernier, lors d’une rencontre avec les représentants des associations, des regroupements nationaux, des organismes de service ainsi que des conseils de la culture, j’ai exprimé la volonté du CALQ d’assurer le développement équitable et durable des arts et des lettres partout au Québec.

À cet effet, le CALQ a posé plusieurs gestes significatifs, guidé par trois vœux exprimés sans ambiguïté par la communauté artistique au terme d’une large consultation :

  • la priorisation de l’excellence
  • la répartition équitable des ressources budgétaires, sans égard à l’historicité
  • et une meilleure accessibilité, autant des programmes d’aide financière pour les artistes et les organismes que des œuvres pour les publics.

Deux nouveaux programmes

Pour répondre avec plus de flexibilité aux besoins des organismes en fonction de leur niveau d’activités, leur mission et la taille de leur structure, nous avons décidé de remplacer le programme de soutien au fonctionnement par deux nouveaux programmes qui visent à insuffler une vitalité durable aux organismes en leur permettant de réaliser pleinement leur mission et leurs activités.

L’évaluation globale qui aura lieu l’an prochain nous procurera l’occasion d’analyser les dossiers de l’ensemble des organismes artistiques et littéraires du Québec. Au cours des prochains mois, nous serons nombreux à investir nos efforts dans cet exercice : les organismes qui préparent les demandes; les employés du CALQ qui les analyseront et les pairs qui les évalueront. Il faut que les résultats de cette prochaine évaluation reflètent le plus possible la réalité de l’excellence artistique au Québec. Cette évaluation se fera donc sur la base de la qualité artistique, de la saine gestion et de la bonne gouvernance, en tenant compte du contexte de création, de production et de diffusion dans lequel les organismes évoluent.

Fluidité

Le CALQ doit aussi disposer d’une marge de manœuvre financière suffisante pour soutenir les organismes qui se distinguent. C’est pourquoi en 2017-2018, le quart du budget disponible pour le soutien au fonctionnement sera réservé afin d’assurer une répartition des subventions en adéquation avec les résultats de l’évaluation. Cette fluidité budgétaire est mise en place dans une perspective de développement durable, c’est-à-dire pour répondre aux besoins présents, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

Pour les jeunes publics

À l’occasion de son discours sur le budget 2016-2017, le gouvernement avait annoncé que des crédits de 5 M$ seraient attribués au CALQ pour soutenir l’offre de création accessible aux jeunes publics. Au cours de l’été, des subventions totalisant 2,8 M$ ont été accordées à 129 organismes dont le volume d’activités envers le jeune public est déjà significatif afin qu’ils puissent mettre en œuvre leurs projets et leur programmation dès le début de la présente année scolaire.

De plus, nous venons de lancer un appel à projets de création, de production, de diffusion ou de rayonnement visant à renforcer l’offre culturelle pour la jeunesse et élargir son accessibilité. J’invite l’ensemble des organismes, des artistes et des écrivains à proposer des projets audacieux qui favoriseront la pleine participation de nos jeunes à la vie culturelle et artistique du Québec.

À votre service

En terminant, je veux souhaiter la bienvenue à Véronique Fontaine à titre de directrice du soutien aux organismes de création et de production. Elle succède à Alain Filion, qui a pris une retraite bien méritée après plus de 20 ans de loyaux services au CALQ. Je vous invite d’ailleurs à lire le message qu’il nous a transmis lors de son départ, en bas de page.

Ce nouveau format de notre infolettre À L’ŒUVRE et le nouveau gestionnaire de contenus de notre site web s’inscrivent dans la volonté de faciliter l’accès à l’information sur nos activités et nos programmes, comme notre prestation électronique de services à laquelle plus de 4 400 personnes ont adhéré en s’inscrivant à Mon dossier CALQ.

Le talent de nos créateurs et le foisonnement des activités artistiques et littéraires qui enrichissent notre vie sont une source constante de fierté, d’inspiration et de motivation. En travaillant de concert avec le milieu culturel et nos partenaires municipaux, régionaux, institutionnels et internationaux, nous pouvons veiller sur l’équilibre des forces à l’œuvre afin d’assurer avec équité le développement durable des arts et des lettres au Québec et le rayonnement de l’excellence artistique sur l’ensemble de notre territoire et par-delà nos frontières.

– Anne-Marie Jean

Cet article fait partie de l’infolettre À L’OEUVRE du mois d’octobre 2016.

Consulter l’infolettre

 

Mot de départ d'Alain Filion

Débarcadère

Pas facile de stopper cette locomotive qui a pris une telle vitesse dans ta vie.

Trouver une station où s’arrêter, un moment propice pour débarquer, un espace qui t’amène vers une autre voie. Non pas celle d’évitement, mais la panoramique.

Le 9 septembre dernier, devant mes collègues du CALQ et quelques amis bâtisseurs des premières heures, je prenais la parole. Je concluais ainsi ce chapelet de mots :

« À l’impossible, tous nous sommes tenus. Quand je dis «nous», je parle de nous salariés de l’état, et particulièrement de nous, employés du CALQ. Nous avons cette chance inouïe d’exercer un fabuleux métier. Il nous appartient d’être les chiens de garde de cet impossible, les protecteurs patients et tenaces des artistes, des auteurs, des créateurs, les sages-femmes qui accompagnent la naissance de leurs œuvres, les accoucheurs de leurs rêves, les gardiens de la liberté d’expression.

… et apprendre à dire oui, toujours dire oui, avant de dire non. Ne pas être éteignoir de feu. Miser sur le créateur, anticiper son à-propos, accepter de prendre le risque, soutenir le tâtonnement, reconnaître l’audace, garder en tête ce parti pris pour le citoyen, l’accessibilité aux œuvres, se préoccuper du public plus jeune, défier l’échec jusqu’à sa dernière limite. Ne dire non qu’en dernier recours. Voilà ce qu’aura été mon credo tout au long de mon parcours de 32 ans au service de l’état et de l’artiste créateur. »

Voici le quai de la gare qui se dresse devant moi – petit convoi d’une consonne, trois voyelles – qui peut se faire embarcadère et débarcadère : deux mots frères, mais à la portée si distinctive.

Je vous salue artistes, auteurs et créateurs de tout horizon qui m’avez projeté au cœur d’espaces magiques, qui m’avez tant appris sur moi-même, qui m’avez tant donné de vous-mêmes.

– Alain Filion

Sur le même sujet
  •  Éditorial Financement des arts : l'efficacité par la pluralité

    Éditorial d’Anne-Marie Jean Présidente-directrice générale J’ai été très émue ...

    En savoir plus
  •  Éditorial Le Conseil des arts et des lettres du Québec réitère son appui vigoureux à la diversité ...

    Montréal, 4 octobre 2017 – Le Conseil des arts et des lettres du Québec dément formellement les...

    En savoir plus
  •  Éditorial Un rayonnement international éblouissant

    Éditorial de Marie Côté Présidente du conseil d’administration Pas un jour ne se passe ...

    En savoir plus