Le maire de Montréal, Denis Coderre, Guy Laliberté, C.A.L.Q., James Coulter, cofondateur et associé du groupe TPG Capital, et Daniel Lamarre, PDG du Cirque du Soleil

© Élyse Gamache-Bélisle | Cirque du Soleil

Marie Côté, Présidente du C.A. du Conseil des arts et des lettres du Québec, rend hommage à Guy Laliberté

© Élyse Gamache-Bélisle | Cirque du Soleil

Marie Côté, Présidente du C.A. du CALQ, et Guy Laliberté, Compagnon des arts et des lettres du Québec

© Élyse Gamache-Bélisle | Cirque du Soleil

Guy Laliberté portant son insigne de Compagnon des arts et des lettres du Québec

© Élyse Gamache-Bélisle | Cirque du Soleil

Le maire de Montréal, Denis Coderre, à l'inauguration du Jardin d’œuvres d’art du Cirque du Soleil dans le cadre de Montréal 375e

© Élyse Gamache-Bélisle | Cirque du Soleil

Guy Laliberté

© Distribution Canada
1/6
7 juin 2017 Hommage à Guy Laliberté, C.A.L.Q.
L’Ordre des arts et des lettres du Québec honore des êtres d’exception qui ont contribué de manière remarquable à forger le paysage culturel québécois par leur travail, leur talent, leur vision et leur engagement. Guy Laliberté a été nommé Compagnons des arts et des lettres du Québec en 2016 mais n’avait pas pu assister à la cérémonie l’an dernier. Son insigne lui a été remis lors de l’inauguration du Jardin d’œuvres d’art du Cirque du Soleil, le 7 juin 2017.

Guy LalibertéGuy Laliberté

Guy Laliberté fait partie de ces êtres d’exception dont les réalisations éblouissantes nous habitent, nous inspirent et nous rendent extraordinairement fiers d’être Québécois. Fiers du p’tit gars de Québec et de Saint-Bruno-de-Montarville qui a fait de ses échasses des bottes de sept lieues, et transformé une troupe de saltimbanques en entreprise culturelle d’envergure. Fiers de cette révolution des arts du cirque qui nous fait rayonner planétairement, et jusque dans les pages du dictionnaire Robert où le nom de Guy Laliberté vient d’apparaître.

Artiste, entrepreneur, humaniste, visionnaire, Guy Laliberté est un cracheur de feu consumé par la flamme créatrice, un rêveur aux réalisations grandioses et un grand cœur aux yeux pleins d’étoiles.

Rassembleur, il continue à militer pour un monde sans guerre ni frontières, préconisant la polyvalence et le maillage respectueux des cultures autant que des disciplines artistiques. Il a ainsi fait cohabiter musique trad, musiques du monde, les Beatles et Michael Jackson, mais aussi l’art primitif et l’art contemporain dans une collection amoureusement constituée et généreusement partagée.

Depuis l’époque où il a empoigné l’accordéon de son père Gaston pour transformer le vent en musique, Guy Laliberté a fait son chemin sans se départir de ses convictions intimes : ce que l’on donne à la vie nous revient, et chaque geste individuel peut faire toute une différence. Ses gestes de solidarité et d’engagement social sont éloquents et aussi impressionnants que ses réalisations artistiques.

À peine six ans après la fondation du Cirque du Soleil, il a retourné le chèque de subvention qui lui avait été accordé afin que puissent en profiter d’autres artistes, auteurs et dramaturges.  Ardent promoteur du savoir-faire québécois à l’étranger, il a intégré plus de 250 créateurs d’ici aux équipes des spectacles du Cirque. Je songe à Dominique Lemieux, René Dupéré, Michel Crête, Benoît Jutras, Stéphane Roy, Dominic Champagne, Michel Lemieux et Victor Pilon, Robert Lepage et Michel Laprise  pour n’en citer que quelques-uns. Son flair infaillible a même décelé chez un jeune designer originaire de Sept-îles, Jean François Bouchard, le potentiel de prendre son relai à titre de chef de la direction et guide créatif du Cirque.

Sans Guy Laliberté, il est peu probable que le Cirque Éloize ou les 7 doigts de la main aient pu vivre de leur art, que la Cité des arts du cirque existe ou que La TOHU se soit installée dans Saint-Michel, transformant un quartier défavorisé en l’un des plus importants pôles des arts du cirque au monde.

La vision et les réalisations de Guy Laliberté ont été soulignées par de nombreux prix et honneurs auxquels vient s’ajouter l’Ordre des arts et des lettres du Québec. Cette distinction ne s’accompagne d’aucune récompense financière, mais représente beaucoup d’amour. Elle est symbolisée par un insigne qui se porte côté cœur, là où ceux qui le reçoivent ont laissé leur marque.

Cher Guy, c’est avec admiration et reconnaissance que j’ai le plaisir de vous nommer officiellement Compagnon des arts et des lettres du Québec.

Allocution prononcée le 7 juin 2017 par Marie Côté, présidente du conseil d’administration du Conseil des arts et des lettres du Québec, à la remise officielle de l’Ordre des arts et des lettres à Guy Laliberté dans le cadre de l’inauguration du Jardin d’œuvres d’art, legs du Cirque du Soleil – Montréal 375e, à Montréal. La version lue fait foi.

Renseignements sur l’Ordre des arts et des lettres du Québec

Sur le même sujet
  •  Prix et reconnaissances Une quinzaine d’écrivains et de bédéistes visiteront les librairies du Québec!

    Québec, le 13 décembre 2017 – Le Conseil des arts et des lettres du Québec est heureux ...

    En savoir plus
  •  Prix et reconnaissances bang bang de Manuel Roque remporte le Prix du CALQ pour la meilleure œuvre chorégraphique

    Montréal, le 30 novembre 2017 – Le Conseil des arts et des lettres du Québec (Conseil) est ...

    En savoir plus
  •  Prix et reconnaissances Christine Beaulieu reçoit le prix Michel-Tremblay et 10 000 $ du Conseil des arts et des lettres du...

    Montréal, le 27 novembre 2017 – Le Conseil des arts et des lettres du Québec (Conseil) est ...

    En savoir plus