thecamp à Aix-en-Provence, où s'amorce la Biennale des imaginaires numériques

© thecamp | Biennale des imaginaires numériques
30 octobre 2018 Le Québec à la Biennale des imaginaires numériques
Le Québec est l’invité d’honneur de la première Biennale des imaginaires numériques qui se déploiera dans les villes d’Aix-en-Provence et de Marseille, en France, du 7 novembre au 15 décembre 2018.

Les 8 et 9 novembre, ELEKTRA tiendra son Marché international de l’art numérique à thecamp, un lieu d’innovations technologiques encourageant la prise de conscience sur les plans économique, sociétal et environnemental, situé à Aix-en-Provence.

Dans la continuité du MIAN 2018 qui s’est tenu à Montréal, le marché réunira des acteurs majeurs de la scène artistique numérique internationale (producteurs, diffuseurs, conservateurs, galeristes, journalistes) dans le but d’échanger, de développer de nouvelles collaborations et de stimuler le rayonnement international des artistes.

Les artistes représentant la création numérique québécoise

Les œuvres numériques d’une dizaine d’artistes québécois seront présentées dans des lieux phares de l’art contemporain numérique jusqu’au 15 décembre 2018. Le public français pourra ainsi retrouver ou découvrir le travail de Baillat, Ottomata et Diagraf, Li Alin, Daniel Iregui, Maxime Damecour, David Spriggs, Pavitra Wickramasinghe, Cinzia Campolese, Rosalie Dumont-Gagné et Alexis Bellavance (ces deux derniers étant « exportés » par le centre d’artistes montréalais Perte de signal).

PROGRAMME COMPLET

 

Le Québec – Chronique d’une évolution

Le 8 novembre, Réjean Perron, directeur du soutien à la diffusion et au rayonnement international du CALQ, participera à la table-ronde Le Québec – Chronique d’une évolution qui se tiendra de 8h30 à 12h. Les autres participants sont Mehdi Benboubakeur (Printemps Numérique de Montréal), Alain Thibault (ELEKTRA et BIAN), Sakchin Bessette (Moment Factory), John Zeppetelli (Musée d’art contemporain de Montréal), Monique Savoie (SAT – Société des Arts Technologiques), Geneviève Giasson (Arsenal Art Contemporain), Sakchin Bessette et Aliya Orr (Light Society), Lynn Hughes (artiste et professeure à l’Université Concordia), Christine Redfern (galerie Ellephant), Aurélie Besson (Molior), Marc Tremblay (Festival Phos), Robin Dupuis (Perte de Signal), Frédéric Loury (Art Souterrain), Yan Breuleux (artiste et professeur au NAD).
Cet article fait partie de l’infolettre À L’OEUVRE du mois de novembre 2018.

Consulter l’infolettre
Sur le même sujet
  •  Infolettre Arts et développement durable : l’engagement citoyen au cœur du changement

    Le domaine des arts ne fait pas exception à la règle lorsqu’il est question de développement ...

    En savoir plus
  •  Infolettre Quel est votre ISNI?

    Vous êtes unique, et chacune de vos œuvres aussi! À la manière dont l’ISBN identifie un livre,...

    En savoir plus
  •  Infolettre Inclusion et accessibilité : de la création à la diffusion

    Depuis 1992, la Journée internationale des personnes handicapées est soulignée mondialement ...

    En savoir plus