Les 7 doigts de la main au Bataclan de Paris

Réversible, des 7 doigts de la main

Réversible, des 7 doigts de la main

« Seule cette compagnie, peut-être, pouvait sublimer ce lieu par tant de grâce », pouvait-on lire dans Le Parisien à la suite de la présentation de Réversible au Bataclan en mars dernier. En se produisant dans un lieu associé à une tragédie, Les 7 doigts de la main posaient un geste audacieux et symbolique d’une portée inattendue.

Ce projet qui comportait des risques financiers liés à l’historique du théâtre s’est finalement terminé sur un succès éclatant, a écrit le directeur général, Nassib El-Husseini, en exprimant sa reconnaissance au Conseil pour l’aide à la tournée qui rend possible la présence des 7 doigts sur les marchés du monde.

En 2016, la compagnie a offert près de 500 représentations de ses différents spectacles dans 137 villes et tiendra l’affiche quatre mois au théâtre Bobino, de septembre 2018 à janvier 2019; 50 représentations de Réversible sont déjà confirmées ailleurs en France. De plus, Les 7 doigts ont été invités au Music Theater de Moscou et au Peacock Theatre de Londres.

Découvrir la compagnie     Retour à l’infolettre

Consulter d’autres témoignages

Kim Sanh-Châu
Danse

Kim Sanh-Châu dans le mouvement à Ho Chi Minh Ville

Tân Nguyễn, Sabra Johnson, Nhung Võ Hồng, Dương Văn Quý et Quyền Mạnh Nguyễn dans une vidéodanse de Kim-Sanh Châu et Ray Lavers soutenue dans le cadre de Vivacité MontréalLe tout premier soutien financier accordé à la chorégraphe et interprète montréalaise Kim-Sanh Châu dans le cadre du programme Vivacité Montréal l’aura menée à créer le mouvement à l’autre bout du monde, dans son pays d’origine. À Ho Chi Minh Ville plus précisément, où avec Ray Lavers elle est à réaliser une vidéodanse en collaboration avec les danseurs-es de UDG Vietnam/Dancenter.

« Ce projet vidéo porte sur le caractère expressif de l’unicité et de l’individualité, empreint de la lumière et énergie si particulières d’Ho Chi Minh Ville. Je tiens à remercier le CALQ pour son soutien dans la réalisation de ce projet. Ceci a permis une collaboration très riche avec des danseurs-es locaux-les dans mon pays d’origine. La création au Vietnam est particulière pour moi car je ne peux me guider que par mon ressenti, ayant une compréhension limitée de ses normes et culture. »

Le travail chorégraphique de Kim-Sanh Châu a notamment été présenté à Quartiers Danses (2015) et au MAI (2016).

Consulter son site web

D. Kimm
Arts multidisciplinaires

D. Kimm et son séjour à New York

D.Kimm

D. Kimm

L’artiste interdisciplinaire D. Kimm affirme que son séjour au Studio du Québec à New York l’a comblée au-delà de ses espérances et a eu des répercussions sur tous les aspects de son travail.

« Je me suis ressourcée, j’ai pu réfléchir à mon travail, me comparer, m’évaluer, me questionner et me positionner. J’ai vu des spectacles, j’ai découvert et rencontré des artistes extraordinaires, j’ai développé des contacts pour mes projets et j’ai programmé des artistes new-yorkais pour le Festival Voix d’Amériques. »

Artiste interdisciplinaire, poète, productrice, metteure en scène et directrice artistique de la compagnie Les Filles électriques et du Festival Phénomena (anciennement Festival Voix d’Amériques), D. Kimm se démarque par une réappropriation artisanale et poétique des nouvelles technologies et par la création de spectacles atmosphériques envoûtants.

Consulter son site web

Pierre Bertrand
Littérature

Pierre Bertrand, la créativité de l’étranger

Pierre Bertrand et la couverture de "Pourquoi créer", publié à la suite de son séjour au Studio du Québec à Paris

Pierre Bertrand et la couverture de « Pourquoi créer », publié à la suite de son séjour au Studio du Québec à Paris

L’auteur Pierre Bertrand estime que son séjour au Studio du Québec à Paris a eu une incidence directe sur son travail d’écriture.

« La distance géographique nous permet de voir les choses autrement, d’adopter le point de vue de l’étranger, et de dire des choses que nous n’aurions peut-être pas dites dans un milieu plus familier, ou du moins de les dire autrement. Il y a une énergie incroyable qui émane de Paris, de ses rues, de ses musées, de sa population. J’ai rencontré de nombreux artistes, écrivains et philosophes, ce qui a permis des échanges très riches et a eu une incidence sur la diffusion de mes livres en France et en Europe. »

Écrivain et philosophe, Pierre Bertrand est l’auteur d’une œuvre importante dans laquelle il approfondit les thèmes de la vie et de la création dans une langue claire et sensible qui convoque art, littérature et science.

Consulter son site web

Nicolas Grenier
Arts visuels

Nicolas Grenier, artiste en arts visuels

Nicolas Grenier, artiste en arts visuels

Nicolas Grenier : un effort de longue haleine pour un réel développement

Depuis la fin de ses études en 2010, Nicolas Grenier a reçu plusieurs bourses de recherche et création du CALQ, qui lui ont permis de se dédier à temps plein à sa pratique artistique tout en continuant à partager son temps entre Los Angeles, où il a étudié, et Montréal. Au cours des dernières années, les résultats de ce travail ont débouché sur plusieurs expositions au Canada et à l’international.

Après la Biennale de Montréal 2014, il participe en 2015 à la Triennale d’art et d’architecture de Bruges, avec l’aide d’une bourse du CALQ qui lui permet de se consacrer au projet pendant un an. Le travail accompli durant cette période a donné suite à une dizaine d’invitations débouchant sur quatre expositions individuelles et six expositions collectives dans divers évènements et galeries, notamment en Belgique, en Grèce, et aux États-Unis, à Los Angeles et New York. Ses œuvres figurent dans la collection Loto-Québec et celle du Musée National des Beaux-Arts du Québec et il est aujourd’hui représenté par la Galerie Antoine Ertaskiran à Montréal et Luis De Jesus à Los Angeles.

« Je suis incroyablement reconnaissant au CALQ de son généreux soutien, sans lequel je ne pourrais faire ce que je fais. Le CALQ m’a permis de survivre et de me consacrer à ma pratique et à mes expositions année après année, même si j’avais très peu d’autres rentrées d’argent, et à continuer à passer plusieurs mois par année aux États-Unis et ailleurs et à y exposer. C’est cet effort de longue haleine, absolument indispensable à un réel développement, qui aurait été impossible sans le financement du CALQ. »

Consulter son site web

La Troupe du Bunker
Théâtre

La Troupe du Bunker est primée pour sa première tournée internationale

Le NoShow, une coproduction du théâtre Du Bunker et du collectif Nous sommes ici

Le NoShow, une coproduction du théâtre Du Bunker et du collectif Nous sommes ici

Le 19 novembre 2016, le Conseil des arts et des lettres du Québec décernait le Prix du CALQ pour la meilleure tournée internationale assorti d’un montant de 10 000 $ à la troupe du Bunker pour la tournée 2015 de son spectacle Le NoShow, coproduit par le collectif Nous sommes ici. Lors du diner Gala de la Biennale CINARS au cours duquel cette récompense fut remise, la jeune compagnie s’est exprimée sur la valeur d’un prix et du soutien des conseils des arts.

Un énorme merci au CALQ, qui nous fait l’honneur de ce prix, qu’on croyait destiné aux Robert Lepage et aux Marie Chouinard de ce monde.  Ce soir, vous nous dites – et ça nous fait chaud au cœur –  que c’est pas parce qu’on est petit qu’on peut pas être grand.  Vous ne nous avez pas soutenus à la création, c’est vrai.  Mais on vous a rapidement pardonné parce que vous n’avez raté aucun des rendez-vous qui ont suivi, pour nos diffusions au Québec comme à l’international. Merci pour ça. Conseils des arts, lâchez-nous pas, de grâce : on commence à peine à s’envoler.  Continuez de nous faire confiance, pour que s’ouvrent davantage de portes entre la jeune création québécoise et le monde, pour que rejaillisse sur nos pairs cet engouement pour le théâtre culotté, audacieux et intelligent qui se fait chez nous.

Consulter leur page Facebook

Rhodnie Désir
Danse

Rhodnie Désir, en liberté sur la route de l’esclavage

La chorégraphe et danseuse Rhodnie Désir

La chorégraphe et danseuse Rhodnie Désir

Cinq ans après avoir obtenu une première bourse du CALQ dans le cadre du programme Vivacité Montréal, la chorégraphe et danseuse  Rhodnie Désir a reçu des bourses de recherche et création ainsi que de déplacement pour un projet qui l’amène à sillonner la planète. Conjuguant danse contemporaine, rythmique, chants, poésie, histoire et webdocumentaire, BOW’T TRAIL traite de migration, d’identités « bousculées par la déportation » et l’esclavage. Valorisant l’apport des peuples africains et de leurs descendants à la diversité culturelle mondiale, le projet a été sélectionné par Manu Dibango pour la programmation culturelle des Jeux Olympiques de 2016 à Rio.

Pouvoir mettre à profit toutes mes connaissances professionnelles, être vue et reconnue sur le plan mondial grâce aux JO, nourrit non seulement ma carrière de chorégraphe, mais l’effort de dialogue entre les cultures ancestrales et la contemporanéité.

Après le Brésil et la Martinique, Désir et son équipe sont à Haïti, un des nombreux pays qu’elle souhaite explorer, à la recherche de rythmes chargés de culture et de mémoire, qui sont autant d’« actes de résistance et de manifestation artistique traversant le temps ».  La chorégraphe a remporté le Grand Prix Lys de la Diversité – Catégorie Relève au Gala Médiamosaïque 2016.

Elle remercie le CALQ  « pour son soutien et sa confiance » qui ont contribué au rayonnement de son travail qui démontre « le pouvoir de l’art d’encourager l’équité sociale ».

Consulter son site web

Javier Asencio
Musique et cinéma

Javier Asencio – de Vivacité Montréal au Festival des Films du Monde

« Je remercie le CALQ de m’avoir fait confiance », nous écrit le pianiste, arrangeur, orchestrateur et compositeur Javier Asencio.

Javier Asencio, compositeur et pianiste.

Javier Asencio, compositeur et pianiste.

Les projets pour lesquels il a reçu des bourses, dont une dans le cadre du programme régional Vivacité Montréal, ont eu des retombées d’une ampleur inespérée au fil des ans. Fasciné par la scène artistique et la  diversité culturelle de Montréal, l’artiste originaire d’Argentine s’y est établi pour étudier les techniques spécialisées en écriture pour l’image. Oscillant entre musique et cinéma, il a accompagné plusieurs artistes au piano avant de coréaliser avec Adham Kosht son premier court métrage, Deux reines, dont il a aussi signé aussi la musique.

En 2015, Deux Reines a remporté la médaille de bronze au Global Music Awards (États-Unis) pour la meilleure trame sonore. Le court-métrage a aussi été présenté dans de nombreux festivals en Ukraine (Ukrainian International Short Film Festival), au Royaume-Uni (Walthamstow International), aux États-Unis (Imaginarium 2016) et au Canada (Hamilton Film and Music Festival, Festival des Films du Monde de Montréal).

La participation à ces festivals, surtout lorsque je peux m’y rendre en personne, est d’une importance capitale pour rencontrer des gens de partout dans le monde, échanger sur le métier et développer de nouveaux contacts.

Consulter son site web

David Clerson
Littérature

David Clerson – de Passa Porta à la publication

Mon expérience à la maison Passa Porta de Bruxelles s’avère en tout point positive!

En rampant, David Clerson. Éditions Héliotrope, 2016.

En rampant, David Clerson. Éditions Héliotrope, 2016.

David Clerson a participé aux Échanges d’écrivains et de bédéistes entre le Québec et la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2014. Il estime que la structure d’accueil et la quiétude du lieu de travail fourni ont favorisé l’écriture de son roman, En rampant, qui vient de paraître aux éditions Héliotrope. Son séjour coïncidait avec la Foire du livre de Bruxelles.

Pour moi, ce fut l’occasion de participer à deux tables rondes, de donner des séances de signatures et de rencontrer des lecteurs et des gens du milieu du livre, ce qui favorise la reconnaissance de mon travail en Belgique, mais aussi auprès de gens du milieu littéraire québécois présents à la Foire.

Consulter son site web

Claudio Pino
Métiers d'art

Claudio Pino, des joyaux qui tournent

Diplômé en joaillerie de l’École des métiers du Sud-Ouest de Montréal, Claudio Pino est reconnu mondialement pour ses bagues futuristes et ses bijoux-sculptures souvent cinétiques. L’artiste qui a reçu plusieurs prix et mentions d’honneur pour ses œuvres  fascinantes et les techniques novatrices par lesquelles il transforme les matières premières.

Hydrométéores

Hydrométéores

Grâce à des bourses du CALQ, il a pu notamment faire des recherches sur l’histoire des bagues de fiançailles et l’origine des bijoux chez les Premières Nations d’Amérique du Nord, ainsi que rencontrer des maîtres lapidaires comme Michael Dyber,John Dyer et Lew Wackler. Cette « expérience des plus enrichissantes et inspirantes » a marqué sa série Hydrométéores – 10 bagues explorant le thème de l’hiver comme jardin de glace – dont certaines figurent dans une exposition majeure de son travail qui a débuté à Halifax en avril 2016 et tournera en Écosse jusqu’au printemps 2017.

Consulter son site web

 

Vous aimeriez partager votre expérience ou un témoignage? Écrivez-nous à com@calq.gouv.qc.ca.