Foire aux questions
(COVID-19)

Foire aux questions liées à la COVID-19

Cette foire aux questions s’adresse aux artistes, écrivains, commissaires et représentant(e)s d’organismes dont les projets sont affectés par le coronavirus (COVID-19) ou à toute nouvelle personne qui souhaite déposer une demande.
Dernière mise à jour : 15 septembre 2021, 16h10

Traitement des demandes en cours

  1. Quand vais-je recevoir ma bourse?

    Les versements de bourses seront effectués en fonction de la date de début du projet. Vous recevrez le versement de votre bourse le 1er du mois si votre projet débute entre le 1er et le 14 du mois. Vous recevrez le versement de votre bourse le 15 du mois si votre projet débute entre le 15 et le dernier jour du mois. Dans tous les cas, votre numéro d’assurance sociale (N.A.S) est requis pour recevoir un versement.

  2. Mon organisme doit tenir son assemblée générale annuelle ou réunir prochainement les membres de son C.A. de manière virtuelle. Est-ce que la tenue de cette séance à distance sera considérée comme valable dans l’évaluation du Conseil de notre gouvernance?

    Oui. Le 27 avril, les règles ont été temporairement assouplies par le ministère de la Justice afin d’assurer le bon fonctionnement des organisations qui doivent normalement tenir ces rencontres en personne. Cette mesure permet donc d’assurer la validité des rencontres et des votes qui seront tenus, et ce, le temps que sera maintenu l’état d’urgence sanitaire.

  3. Par qui sont évaluées les demandes de bourses ?

    Les demandes déposées dans le nouveau programme bourses sont évaluées par un jury de pairs. Pour ce qui est des demandes déposées aux programmes Exploration et déploiement numérique, elles sont analysées, en premier lieu, par les chargés de programmes du Conseil en fonction des conditions d’admissibilité et des objectifs généraux du programme. Les demandes jugées admissibles sont examinées ensuite par un comité interne en fonction des objectifs et des critères d’évaluation décrits dans le programme. Le Conseil peut, au besoin, faire appel à une ou des personnes-ressources ou encore former un comité consultatif pour analyser les projets.

  4. À propos du retour d’Exploration et déploiement numérique

  5. La mesure Exploration et déploiement numérique a été offerte en 2020, qu’est-ce qui a changé cette année?

    En 2021, la mesure Exploration et déploiement numérique est offerte en tout temps pour les artistes et à date fixe pour les organismes. Les artistes peuvent donc déposer un projet au Conseil dès qu’ils (elles) sont prêt(e)s et ainsi bénéficier de sommes pour maintenir un lien actif avec leur public. Les organismes ont jusqu’au 9 septembre pour élaborer leur projet et préparer leur demande, qui seront évaluées par des comités consultatifs.

  6. Quels types de projets peuvent être soutenus par ce programme?

    Les projets soumis peuvent permettre, entre autres, d’augmenter la quantité de contenus québécois en ligne et leur diffusion, par exemple l’adaptation d’œuvres existantes à une diffusion numérique, la production de baladodiffusions ou la captation d’œuvres en salle. Les projets peuvent aussi permettre d’optimiser la découvrabilité des contenus ou encore d’accélérer l’appropriation de l’univers numérique par les organismes artistiques et les artistes. Voir quelques projets soutenus l’an dernier.

  7. Les projets déposés à cette mesure doivent-ils absolument être pérennes?

    Ce n’est pas une condition d’admissibilité pour déposer une demande, mais les projets qui ont une durée dans le temps seront priorisés.

  8. Est-ce que la refonte d’un site web désuet est admissible?

    Non, la mesure n’est pas destinée à financer une refonte de site Internet. Cependant, si une portion de votre site Web doit être refaite en lien avec le projet, celui-ci est admissible. Il faut démontrer que le projet vise à utiliser les technologies à des fins de création, de production, de rayonnement et de diffusion.

  9. Est-ce que les webinaires et formations en ligne pour une discipline sont admissibles?

    Si le projet vise strictement la formation disciplinaire, non. Si le projet vise à favoriser la littératie numérique, alors il pourrait être admissible. La littératie numérique se définit comme « l’aptitude à comprendre et à utiliser les TIC dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ».

  10. Est-ce que l’achat d’équipement ou de bureautique est admissible?

    Le renouvellement d’une flotte d’équipement bureautique désuet n’est pas admissible. Toutefois, si la dépense est justifiée à des fins de création, de production, de rayonnement et de diffusion, elle peut être admissible. Il est préférable d’utiliser la location d’équipement numérique pour réaliser le projet, à moins de démontrer que l’achat est plus avantageux. Pour les projets qui comportent un achat d’équipement, il est demandé de joindre une soumission à la demande pour permettre une analyse complète du dossier.

  11. Mon organisme a acheté de nouveaux équipements numériques. Est-ce qu’une formation pour apprendre à utiliser ces équipements est admissible?

    Si votre organisme achète de nouveaux équipements nécessaires pour réaliser un projet de création, de production, de rayonnement et de diffusion, et que vous avez besoin d’une formation pour les utiliser, ces dépenses sont admissibles. Toutefois, si le projet d’acquisition d’équipement a été financé par le ministère de la Culture et des Communications ou une autre source et que vous souhaitez simplement financer une formation, votre projet n’est pas admissible dans la mesure.

  12. Doit-on prendre en compte les demandes de subvention faites auprès d’autres organismes de financement public dans notre budget?

    Dans le budget prévisionnel, il est recommandé d’inclure les montants demandés auprès d’autres autres organismes de financement public et d’indiquer s’ils sont confirmés. Cela permettra au comité d’évaluation d’avoir une vision globale de votre montage financier.

  13. Nous avons reçu une subvention à la mesure Ambition numérique du ministère de la Culture et des communications. Est-il possible de recevoir également un financement dans le cadre de la mesure Exploration et déploiement numérique?

    Il n’est pas possible de combiner ces deux sources de financement pour le même projet. Toutefois, il est possible de présenter un projet qui a déjà été soutenu à cette mesure en développant, par exemple, un nouveau volet au projet.

  14. Puisqu’il y aura un grand nombre de demandes et que plusieurs artistes déposeront des dossiers rapidement, restera-t-il des fonds à l’automne pour soutenir des projets à la mesure Exploration et déploiement numérique ?

    Nous ne pouvons pas garantir que l’enveloppe sera toujours disponible dans quelques mois.

  15. Pour Exploration et déploiement numérique, pouvez-vous préciser la question des retombées attendues qui se trouve dans le formulaire, et qu’est-ce que le « cadre d’auto-évaluation incluant les indicateurs de performance »?

    Nous demandons à l’organisme demandeur de fixer lui-même ses objectifs en amont du projet pour être en mesure d’évaluer si ce projet est un succès. Il peut s’agir d’indicateurs de performance ou de cibles mesurables par des outils numériques ou des objectifs plus qualitatifs que se fixe l’organisme dans un cadre formel.

  16. Où puis-je trouver le formulaire budget?

    Il n’y a pas de modèle de budget pour cette mesure. Vous devez fournir un budget équilibré comprenant vos revenus et vos dépenses.

  17. Que voulez-vous dire par indicateurs de performance?

    Un indicateur de performance est une mesure quantifiée ou qualifiée, ou un ensemble de mesures, permettant d’évaluer les résultats d’une ou plusieurs actions, les retombées et l’atteinte des objectifs d’un projet. Ces indicateurs peuvent prendre place au sein de tableaux de bord ou tout autre type d’outil de suivi.
    Les indicateurs de performance varient d’un projet à l’autre.

  18. Qu’entendez-vous par « expliquer mes choix technologiques »?

    Vous devez expliquer la pertinence des technologies ou des outils numériques choisis afin d’atteindre les objectifs de votre projet et ceux de la mesure.

  19. Je suis un(e) finissant(e) d’une école d’art, suis-je admissible à la mesure?

    Oui. Depuis le début de la pandémie, le Conseil a élargi les critères d’admissibilité de certains programmes aux finissant(e)s d’établissements d’enseignement supérieur spécialisés en art. Il est donc possible pour les finissant(e)s de déposer dans le cadre de la présente mesure, à titre individuel.

  20. À propos de la mesure particulière à la diffusion de spectacles québécois

    Si vous ne trouvez pas réponse à une question concernant votre situation particulière dans la foire aux questions, veuillez communiquer avec nous, en donnant le plus possible de précisions, à l’adresse suivante : spectacles@calq.gouv.qc.ca.

  21. Cette nouvelle phase de la mesure fonctionne-t-elle de la même façon que les précédentes?

    Essentiellement oui. La mesure continue à offrir aux organismes qui souhaitent présenter des spectacles québécois devant un public présent en salle une compensation pour une partie des pertes de revenus de billetterie occasionnées par l’application des mesures prescrites par le gouvernement du Québec pour freiner la propagation de la COVID-19. Elle sera maintenue aussi longtemps que la situation l’exigera au cours de l’exercice 2021-2022. Toutefois la présente inscription vise spécifiquement la période du 1er septembre au 31 décembre 2021.

    Le mode de calcul de la subvention demeure le même (voir question 42).

  22. Pourquoi le Conseil demande-t-il aux organismes de fournir leur programmation de l’hiver 2022?

    La présente inscription vise la période du 1er septembre au 31 décembre 2021. Toutefois, en prévision d’un éventuel prolongement des contraintes sanitaires durant les premiers mois de l’année 2022, le Conseil doit recevoir également la programmation de la période allant du 1er janvier au 31 mars 2022. Pour ce faire, les organismes doivent remplir les onglets « Automne 2021 » et « Hiver 2022 » du formulaire et déposer le tout au Conseil en une seule demande au plus tard le 1er novembre prochain.

  23. Quels sont les principaux changements entre les précédentes phases de la mesure et celle-ci (1er septembre au 31 décembre 2021)?

    – Le plan de diffusion compte maintenant trois onglets : Public scolaire, Public familial et Public adulte.
    – Les organismes doivent fournir avec leur demande des documents corroborant le prix moyen du billet inscrit au plan de diffusion (colonne Y) pour cinq représentations ou pour toute leur programmation si celle-ci compte moins de cinq spectacles. Attention! Le prix moyen du billet doit être conforme à l’information contenue dans ces documents.
    – Les organismes qui utilisent le formulaire avec année de référence doivent également joindre des documents attestant du prix moyen du billet pour les cinq premiers spectacles apparaissant au bilan de diffusion.
    – Les séries de représentations d’un même spectacle doivent maintenant être présentées par périodes de sept jours maximum dans les plans de diffusion.
    – Le Conseil accordera automatiquement une période de grâce de quatre semaines suivant l’annonce de nouvelles directives gouvernementales affectant la présentation de spectacles. Par exemple, une autorisation de changement de jauge à la hausse sera appliquée quatre semaines après que les autorités en auront fait l’annonce.
    – Le rapport d’utilisation pour cette période devra être remis au Conseil dans les deux mois suivant la fin de la période et non trois mois après celle-ci comme pour les autres programmes du Conseil.

  24. Les salles de spectacle doivent maintenant assurer une distanciation de 1 mètre ou un siège entre personnes de résidences différentes et ont la possibilité d’accueillir au-delà de 500 spectateur(-trice)s si elles peuvent regrouper le public dans des sections indépendantes contenant chacune un maximum de 500 personnes et ayant des points d’entrée, de sortie et des installations sanitaires indépendants. Le Conseil va-t-il tenir compte de ces données dans le calcul de la subvention?

    Oui. Les organismes devront fournir dans leur demande de subvention la capacité de leur(s) salle(s) en fonction de ces exigences gouvernementales. Ils devront également indiquer la « capacité COVID-19 » de leur salle dans différentes situations afin que le Conseil ait en main les données permettant de gérer d’éventuels changements aux consignes gouvernementales.

  25. Pourquoi le Conseil a-t-il ajouté un onglet Public scolaire?

    Au moment de mettre en œuvre la phase 3 de la mesure, les directives sont différentes pour le milieu scolaire. C’est pourquoi le Conseil demande aux organismes qui offrent des représentations au public scolaire de remplir l’onglet Capacité – Public scolaire et les onglets Public scolaire – Automne 2021 et Public scolaire – Hiver 2022.

    Il est important de présenter l’ensemble de votre programmation, y compris les représentations destinées au public scolaire, sans présumer du résultat. Le montant de la compensation pourrait varier en fonction de l’évolution de la situation.

  26. Selon les spectacles et les bulles familiales, la capacité de ma salle peut varier. Quelle donnée dois-je fournir au Conseil?

    Vous devez indiquer la capacité moyenne de votre salle.

  27. Dans quelles conditions puis-je annuler certaines représentations sans perdre la compensation financière?

    Si vous devez annuler des représentations pour l’une des raisons suivantes, elles demeureront admissibles à la compensation :
    – une fermeture des salles par le gouvernement du Québec;
    – l’impossibilité de reprogrammer une représentation en fonction des horaires prescrits (couvre-feu);
    – un diagnostic de COVID-19 d’un(e) interprète ou la mise en quarantaine d’une partie de l’équipe du spectacle ou de l’équipe technique de la salle;
    – la suspension des sorties scolaires par le gouvernement du Québec;
    – la fermeture de classes ou d’écoles, en raison de la pandémie;
    – des difficultés entourant l’introduction du passeport vaccinal (jusqu’au 21 septembre 2021).

  28. Le Conseil accordera-t-il toujours une période de grâce aux organismes pour leur permettre de s’adapter à de nouvelles règles imposées par le gouvernement?

    Oui le Conseil accordera automatiquement une période de grâce de quatre semaines suivant l’annonce de nouvelles directives gouvernementales affectant la présentation de spectacles. Par exemple, une autorisation de changement de jauge à la hausse sera appliquée quatre semaines après que les autorités en auront fait l’annonce.

  29. Mon organisme a reçu une subvention dans les premières phases de la mesure. Est-ce que je dois fournir à nouveau les données concernant mon année de référence?

    Les diffuseurs, festivals et événements qui ont déjà obtenu un soutien dans le cadre de la présente mesure n’ont pas à fournir à nouveau les données de leur année de référence s’ils utilisent les mêmes salles. Par contre, si de nouvelles salles sont utilisées, des données de référence concernant celles-ci doivent être présentées. Dans ce cas, l’exercice financier de référence doit être le même que pour les autres salles utilisées.

    Les organismes de production qui ont déjà obtenu un soutien dans le cadre de la présente mesure doivent fournir à nouveau les données de référence.

  30. Comment vais-je faire pour informer le Conseil des changements qui pourraient survenir dans ma programmation au cours de la période de référence?

    Le Conseil a établi au 1er novembre 2021 la date limite de dépôt des demandes afin de laisser aux organismes suffisamment de temps pour compléter leur programmation. Dans le cas où des changements devaient être faits en cours de route, c’est avec votre rapport d’utilisation que le Conseil en prendra connaissance. Il fera alors l’ajustement final au montant de la subvention qui est accordé à votre organisme.

  31. Il est précisé dans le texte de la mesure que « diffuseurs et producteurs doivent s’engager à rémunérer les artistes, les titulaires de droits d’auteur et travailleurs du spectacle, même dans le cas où un spectacle est annulé. » Pourquoi?

    L’esprit de la mesure est de maintenir actifs tous les maillons de la chaîne du spectacle et d’assurer du travail et une juste rémunération aux artistes et aux travailleur(-euse)s du spectacle. C’est pourquoi le Conseil exige que les artistes, concepteur(-trice)s, artisan(e)s, technicien(ne)s et autres travailleur(-euse)s directement impliqué(e)s dans la production et dans la présentation du spectacle soient rémunéré(e)s et que les droits liés à l’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur soient acquittés, que la représentation ait lieu ou non. Si vous faites habituellement affaire avec la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN) ou la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) par exemple, vous ne devez pas omettre de vous acquitter des redevances même si le spectacle n’a pas été présenté.

  32. Est-ce que cette mesure peut permettre de compenser les pertes de revenus de billetterie ayant eu lieu avant le 1er septembre 2021?

    Non, la mesure n’est pas rétroactive.

  33. Comment allez-vous sélectionner les organismes admissibles à ce soutien si le budget disponible est limité?

    L’aide financière sera accordée à tous les demandeurs admissibles dans les limites du budget alloué.

  34. Est-ce que cette mesure remplace le soutien à la Programmation spécifique?

    Non. Les objectifs sont complètement différents. Les organismes soutenus à la Programmation spécifique peuvent se prévaloir de cette mesure s’ils répondent aux critères d’admissibilité.

  35. Je gère un organisme de création et de production qui détient au 1er mars 2020 une année d’existence et de réalisations en matière de présentation de spectacles à l’international, mais pas au Québec. Suis-je admissible?

    Non. La mesure s’adresse aux organismes de création et de production qui autodiffusent leurs œuvres au Québec et qui ont, au 1er mars 2020, une année d’existence et de réalisations en matière de présentation de spectacles au Québec.

  36. Mon organisme n’avait pas encore mis en vente les billets pour ses représentations ayant dû être annulées, mais sa programmation était prévue. Ces représentations sont-elles admissibles?

    Oui si vous pouvez fournir les contrats signés avec les producteurs ou les artistes pour ces représentations.

  37. Doit-on avoir déjà reçu un soutien financier par le Conseil?

    Non, il n’est pas nécessaire d’avoir déjà reçu le soutien du Conseil pour être admissible.

  38. Est-ce que les demandes seront évaluées par un comité de pairs?

    Non. Si l’organisme demandeur et le spectacle sont admissibles, le Conseil déterminera tout simplement le montant auquel l’organisme a droit.

  39. Est-ce que les dépenses liées à l’accueil d’un spectacle étranger faisant partie de la programmation d’un diffuseur pluridisciplinaire ou d’un festival sont admissibles?

    Non, seules les productions québécoises sont admissibles.

  40. Au moment du dépôt de la demande, devrai-je fournir des copies des contrats de diffusion avec les compagnies de production qui se produiront au cours de la période?

    Vous devez joindre à votre demande les documents suivants :

    Pour les diffuseurs, événements et festivals ayant déjà obtenu un soutien dans le cadre de la présente mesure
    – les contrats signés liant le diffuseur et le producteur;
    – les documents corroborant le prix du billet inscrit au plan de diffusion pour cinq représentations ou pour toute la programmation si celle-ci compte moins de cinq spectacles (contrat spécifiant le prix du billet, brochure publicitaire, rapport de billetterie, capture d’écran du site d’achat de billets en ligne, etc.);
    – les formulaires Engagement du producteur signés stipulant que, en cas d’annulation d’une représentation, les artistes et les travailleur(-euse)s du spectacle seront rémunéré(e)s et que les droits liés à l’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur seront acquittés;

    Pour les producteurs (en autodiffusion) et pour les nouveaux demandeurs
    – les contrats signés liant l’organisme de création et de production aux artistes, aux titulaires de droits d’auteur et aux autres travailleur(-euse)s du spectacle;
    – les documents corroborant le prix du billet inscrit au plan de diffusion pour cinq représentations ou pour toute la programmation si celle-ci compte moins de cinq spectacles (contrat spécifiant le prix du billet, brochure publicitaire, rapport de billetterie, capture d’écran du site d’achat de billets en ligne, etc.);
    – les documents attestant du prix moyen du billet pour les cinq premiers spectacles de l’année de référence.

  41. Si jamais un confinement devait se reproduire et que des spectacles soient annulés, qu’adviendrait-il de la subvention? Faudrait-t-il faire une autre demande?

    Non. Le Conseil va suivre la situation de près et verra à ajuster le montant de l’aide financière en fonction de la situation prévalant au moment prévu pour la présentation.

  42. La mesure profitera-t-elle aux artistes et aux travailleur(-euse)s du spectacle?

    Les artistes et autres travailleur(-euse)s du spectacle bénéficieront de la mesure par l’intermédiaire des diffuseurs et producteurs qui les emploient. Le Conseil demande aux organismes soutenus de s’engager à ce que la subvention bénéficie à toute la chaîne du spectacle : artistes, titulaires de droits d’auteur et travailleur(-euse)s du spectacle.

  43. Mes spectacles sont achetés par des diffuseurs québécois. Dois-je faire une demande?

    Non. La mesure s’adresse seulement aux diffuseurs de spectacles et aux organismes de création-production qui autodiffusent leurs œuvres. Dans votre cas, ce sont les diffuseurs qui achètent vos spectacles qui doivent faire la demande.

  44. Comment le montant de l’aide financière sera-t-il calculé?

    La subvention peut atteindre jusqu’à 75 % des revenus de billetterie qui n’auront pu être touchés en raison des directives en matière de santé publique sur la période visée. Le montant sera calculé de la façon suivante :

    Pour chacune des salles utilisées
    (Nombre moyen de billets vendus par représentation dans une année de référence

    Nombre de billets permis en distanciation)
    X
    Prix moyen du billet dans l’année de référence
    (ou celui de la saison en cours s’il est plus bas)
    X
    75 %

    Par exemple, une salle de 500 places qui vend normalement 400 billets en moyenne par représentation, au prix moyen de 40 $ par billet. Jauge limitée à 125 places en temps de COVID-19 :

    Spectacle annulé
    [(400 – 0) × 40 $] X 75 % = 12 000 $
    Spectacle présenté
    [(400 – 125) X 40 $] X 75 % = 8 250 $

    Montant maximum admissible : 75 000 $ par représentation.

  45. Comment est établie l’année de référence?

    La saison de référence est déterminée par l’organisme demandeur, entre 2016 et 2020, correspondant à un exercice financier.

  46. J’ai reporté un spectacle à grand déploiement à l’automne 2021 en pensant que la situation serait redevenue normale. Ce spectacle est-il admissible?

    Lors du dépôt, le demandeur devra s’engager à ce que les spectacles inscrits au plan de diffusion respectent, au moment de leur présentation, le Guide de normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas – COVID-19.

  47. Est-ce que je recevrai quand même la subvention si je remplace la présentation devant public par une présentation virtuelle advenant une fermeture de ma salle?

    Oui, si le spectacle était d’abord prévu et annoncé pour présentation devant public, contrats à l’appui.

  48. La jauge de ma salle me permet de mettre en vente 200 billets en période de COVID-19. Si je n’arrive pas à les vendre tous, le calcul de la subvention en tiendra-t-il compte? Mon organisme sera-t-il dédommagé pour les billets qu’il n’a pas pu vendre?

    Non, la subvention vise à combler le manque à gagner entre les ventes de billets que vous réalisez habituellement et celles qui sont possibles en période de COVID-19. Le calcul de la subvention commence après ce seuil.

  49. En tant que diffuseur, puis-je déposer ma demande même si je n’ai, avec certains producteurs, que des ententes préliminaires de diffusion?

    Oui, mais la subvention ne pourra être versée que lorsque les contrats signés auront été transmis au Conseil.

  50. Est-ce que je peux présumer que la subvention versée à mon organisme sera exactement celle que j’aurai pu calculer moi-même en faisant ma demande, sur la base du mode de calcul que vous avez fait connaître?

    Faire votre propre calcul pourrait vous donner une bonne idée de la subvention qui sera accordée et vous permettre de planifier votre programmation. Toutefois, le montant exact de la subvention pourrait différer suite à l’analyse du Conseil.

  51. Allez-vous réserver des enveloppes sectorielles?

    Non.

  52. Un diffuseur pourrait-il recevoir une aide pour un spectacle qu’il choisirait d’annuler en raison d’une faible vente de billets?

    Non, seules les représentations annulées pour les raisons énumérées à la section Règles de la mesure sont admissibles à une aide.

  53. Est-ce que les spectacles présentés au jeune public seront inclus dans le calcul du nombre moyen de billets vendus et du prix moyen du billet?

    Les spectacles à l’intention du public scolaire et du public familial seront considérés à part. Il y aura donc un calcul différent pour la programmation s’adressant à un public adulte, à un public scolaire et à un public familial. Pour ce faire, vous devez bien remplir les onglets du formulaire prévus pour les différents publics.

  54. Je travaille avec un petit organisme de création et de production et j’ai l’habitude de présenter mes spectacles en codiffusion avec la salle où je les diffuse. Est-ce que les spectacles présentés en codiffusion seront considérés dans le calcul des moyennes de la saison de référence?

    Ces spectacles seront considérés dans le calcul de la moyenne du diffuseur.

  55. Mon organisme de création et de production a prévu diffuser un spectacle en codiffusion avec le diffuseur qui nous accueille. Ce spectacle est-il admissible à la subvention?

    Oui, c’est le diffuseur qui doit l’inclure dans sa demande.

  56. Advenant l’annulation d’un spectacle, est-ce que les artistes seront payé(e)s?

    En acceptant la subvention, diffuseurs et producteurs doivent fournir un engagement du producteur à rémunérer les artistes, les titulaires des droits d’auteur et les travailleur(-euse)s du spectacle, même dans le cas où un spectacle est annulé ou reporté. La gestion des cachets doit refléter le fait que le gouvernement du Québec soutient les programmations et souhaite que tous bénéficient de ce soutien. D’ailleurs, le Conseil exige des preuves de paiement pour toutes les représentations annulées.

  57. Combien de fois puis-je reporter un spectacle pour que celui-ci demeure admissible à la mesure?

    Une seule fois.

  58. Je veux reprogrammer une représentation d’un spectacle pour laquelle j’avais vendu les billets avant la pandémie. Compte tenu des restrictions à la jauge de ma salle, je devrai le reprogrammer en trois représentations ce qui entraîne une augmentation des coûts. Ces représentations sont-elles admissibles à la mesure?

    Oui.

  59. Comment est-ce que le Conseil s’assurera que tous (toutes) les intervenant(e)s de la chaîne de production du spectacle ont bien été rémunéré(e)s?

    L’organisme soutenu dans le cadre de cette mesure doit fournir un rapport d’utilisation de subvention dans les deux mois suivant la fin du projet. Ce rapport inclut notamment les montants totaux versés aux artistes, aux titulaires des droits d’auteur et aux autres travailleur(-euse)s des spectacles soutenus ainsi que les preuves de ces paiements en cas d’annulation d’une représentation. Il permettra au Conseil de confirmer que les diffuseurs et les producteurs ont respecté leur engagement à rémunérer tous (toutes) les intervenant(e)s de la chaîne du spectacle. Le Conseil se réserve le droit de réclamer en tout temps tout autre renseignement ou document qu’il juge pertinent et raisonnable de requérir aux fins d’application et de vérification de la présente mesure.

  60. Dans le bilan et le plan de diffusion, le prix du billet inclut-il les frais de service?

    Oui, les frais de service sont compris dans les revenus de billetterie.

  61. Mon organisme utilise habituellement plusieurs salles, mais dans le contexte actuel, fait le choix de n’utiliser que la plus grande. Comment dois-je présenter ma demande?

    Vous devez fournir le bilan de diffusion uniquement pour la salle que vous utiliserez.

  62. Si vous ne trouvez pas réponse à une question concernant votre situation particulière dans la foire aux questions, veuillez communiquer avec nous, en donnant le plus possible de précisions, à l’adresse suivante : spectacles@calq.gouv.qc.ca.

    À propos de la bonification du programme de bourses

  63. Quels sont les établissements d’enseignement supérieur spécialisés en art dont les finissants pourraient, de manière exceptionnelle pendant la crise COVID, avoir accès aux programmes de bourses du Conseil?

    Les établissements qui proposent des programmes complets et terminaux de formation des artistes professionnels. Par exemple, les établissements publics ou privés reconnus par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

  64. Je cherche le formulaire permettant aux finissants d’établissements d’enseignement supérieur spécialisés en art de faire une demande de bourse.

    Il n’y a pas de formulaire spécifique pour les finissants. Vous devez utiliser le formulaire disponible dans Mon Dossier CALQ pour le programme dans lequel vous souhaitez faire une demande. Le lien vers ce formulaire se trouve dans la section «Présentation de la demande » de chaque volet.

  65. L’élargissement de l’admissibilité du nouveau programme de bourses aux finissant(e)s des écoles d’art et aux humoristes émergents signifie-t-il une diminution du nombre d’artistes et d’écrivain(e)s soutenus?

    Non, au contraire. Des fonds supplémentaires sont investis dans le programme de bourses afin de nous permettre de soutenir un plus grand nombre de projets.

  66. Est-ce que les finissant(e)s ont accès à tous les programmes du Conseil? Comment pourrez-vous évaluer le critère lié à l’excellence de leurs réalisations précédentes?

    Exceptionnellement, pour faciliter leur intégration aux milieux professionnels dans un contexte difficile, les finissant(e)s des établissements d’enseignement supérieur spécialisés en art seront admissibles à tous les volets du programme de bourses ainsi qu’aux programmes Vivacité et Re-Connaître même s’ils(-elles) ne répondent pas à toutes les conditions régulières. Les réalisations faites dans le cadre scolaire pourront être prises en considération dans l’évaluation.

  67. Est-ce que les humoristes ont accès à tous les programmes du Conseil?

    Non. Le Conseil est sensible à la situation des finissant(e)s et des artistes émergents du domaine de l’humour. C’est pourquoi nous mettons en place un projet pilote qui vise à favoriser le développement de textes de qualité et à faciliter l’intégration des jeunes artistes au milieu professionnel. Dans cette optique, les humoristes émergents pourront déposer des dossiers uniquement à trois volets du programme de bourses : Recherche et exploration, Création et Perfectionnement. Les dossiers deposés par les humoristes de la relève seront évalués par des pairs en humour.

  68. Est-ce que les artistes-entrepreneur(e)s sont admissibles à un soutien du Conseil?

    Ils (elles) sont admissibles au programme de bourses du Conseil, lequel a été bonifié l’hiver dernier en reconnaissance des besoins liés aux multiples compétences des artistes-entrepreneur(e)s et en vue de l’amélioration de leur situation financière. Le programme permet un soutien à l’artiste à chaque étape du processus de création – production – diffusion, tout au long de sa carrière.

  69. Le volet Vivacité sera-t-il revalorisé?

    Les crédits supplémentaires accordés au Conseil nous permettront de répondre à une demande accrue dans les divers programmes et volets, dont Vivacité. L’idée derrière ce programme est de permettre aux artistes de la diversité culturelle de mettre un pied à l’étrier dans nos programmes. Dans nos jurys siègent toujours des artistes de la diversité et nous avons un regard attentif sur ces dossiers.

  70. Le programme Re-Connaître profitera-t-il de ces nouveaux montants?

    De la même manière que Vivacité, Re-Connaître profitera également d’une bonification de son enveloppe pour nous permettre de soutenir davantage d’artistes autochtones. Les montants supplémentaires seront injectés de façon équitable pour tous les artistes.

  71. Pourquoi ne puis-je pas recevoir des commentaires du jury pour une demande de bourses qui m’a été refusée?

    Dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons actuellement, notre équipe consacre toute son énergie à réduire les délais de traitement de vos demandes. Notre priorité est de vous permettre d’avoir accès, le plus rapidement possible, au soutien financier qui vous serait éventuellement accordé. Dans ces circonstances, nous ne pouvons malheureusement pas répondre à vos demandes d’information dans les délais habituels ni vous fournir les cotes d’évaluation. Nous sommes conscients des inconvénients que cette situation pourrait occasionner, mais soyez assurés que nous mettons tout en œuvre pour vous offrir le meilleur service possible.

  72. J’ai d’autres questions au sujet du programme de bourses.

    Vous pouvez consulter une Foire aux questions concernant les divers volets offerts dans le programme de bourses.

  73. Déplacements et tournées à l’international

  74. Je veux demander une subvention ou une bourse qui implique des déplacements à l’étranger. Puis-je inclure des dépenses liées aux assurances dans le budget de mon projet?

    En fait, vous devez le faire sous peine de voir votre demande rendue inadmissible par le Conseil. Toutes les personnes qui se déplacent à l’extérieur du Québec doivent être couvertes par une assurance voyage comprenant des soins médicaux d’urgence qui incluent les risques associés à la maladie à coronavirus (COVID-19) pour la durée complète du séjour.

    À cet égard :
    Toute demande de subvention ou de bourse doit inclure, dans le budget, la dépense associée aux assurances. Le défaut de se conformer à cette directive conduira le Conseil à rendre la demande inadmissible.

  75. Je voudrais déposer une demande de soutien financier qui implique un voyage à l’étranger. À partir de quand cela sera-t-il possible?

    Les programmes Diffusion d’œuvres à l’extérieur du Québec, Développement des organismes à l’extérieur du Québec et Prospection sont à nouveau ouverts aux organismes.

    De leur côté, les artistes peuvent, eux aussi, déposer des demandes pour des projets impliquant des déplacements à l’extérieur du Québec ainsi que dans les volets Circulation d’œuvres hors Québec et Déplacement qui sont à nouveau disponibles.

    Il est important de vous référer à la section Présentation de la demande des programmes pour prendre connaissance des directives liées au contexte de la pandémie.

  76. Est-il possible de déposer une demande pour un déplacement ou une tournée?

    Oui il est à nouveau possible de déposer une demande pour un déplacement ou une tournée à l’international.

    Notez cependant que toutes les personnes qui se déplacent à l’extérieur du Québec doivent être couvertes par une assurance voyage comprenant des soins médicaux d’urgence qui incluent les risques associés à la maladie à coronavirus (COVID-19) pour la durée complète du séjour. À cet égard, toute demande de subvention ou de bourse doit inclure, dans le budget, la dépense associée aux assurances. Le défaut de se conformer à cette directive conduira le Conseil à rendre la demande inadmissible.

    De plus, en déposant une demande d’aide financière, vous vous engagez à assumer les responsabilités suivantes :
    1. Les voyageur(-euse)s se déplaçant dans une autre province canadienne ou un autre pays :
    – ont consulté le site Web d’information sur la COVID-19 de la province ou du pays de destination et sont en mesure de respecter les règles de séjour particulières en vigueur au moment du déplacement,

    – sont conscient(e)s qu’ils (elles) doivent mener leurs activités professionnelles dans le respect des consignes, normes ou protocoles en milieu de travail en vigueur au moment des activités,

    – comprennent qu’ils (elles) assumeront tout type de dépenses imprévues liées à un changement soudain pouvant advenir lors du déplacement (frais liés à un confinement imposé, retour d’urgence, fermeture des frontières, etc.)

    2. Les voyageur(-euse)s de retour au Canada savent qu’ils (elles) doivent suivre les règles établies par les décrets d’urgence, notamment celles qui sont détaillées sur le site officiel du gouvernement du Canada;

    3. Les dépenses admissibles ne peuvent inclure les frais supplémentaires reliés à toute quarantaine.

  77. Liens utiles