De g. à dr.: Marc-André Poliquin, Cai Glover, Alexandre Carlos, Nicholas Bellefleur et Mickaël Spinnhirny dans "Symphonie dramatique" d'Hélène Blackburn / Cas Public

© Cas Public
1/2
11 juillet 2018 Mickaël Spinnhirny : Communiquer sa passion
À une époque pas si lointaine, Mickaël Spinnhirny tweetait les pieds dans un seau d’eau glacée, après avoir dansé dans un spectacle de Cas Public. La compagnie d’Hélène Blackburn, qui l’a vu évoluer à la scène et au clavier, fut la première cliente de l’agence qu’il a fondée en 2017 après avoir accroché ses chaussons.

Depuis des années, Mickaël Spinnhirny songeait à la manière de cultiver durablement sa passion pour la danse, afin de mettre à contribution l’expérience et les contacts acquis au cours de sa carrière d’interprète. Il s’est tourné vers les communications en raison de son intérêt pour les pratiques de développement et d’accompagnement des artistes et des organismes culturels dont il connaît intimement les besoins, les défis et les enjeux.

À présent, il veut offrir à ses clients ce qui leur fait généralement défaut lorsqu’ils sont en création, en production ou en tournée : le temps de se consacrer aux relations publiques, à l’élaboration de stratégies de planification et à la promotion de leurs activités. À l’ère numérique où le réseautage virtuel est un outil de développement incontournable, sa vision et son expertise en la matière sont fort sollicitées. S’il voit grand, Mickaël Spinnhirny ne perd pas de vue l’importance du service à la clientèle flexible et personnalisé, et n’entend pas négliger ces relations humaines dont la qualité n’a pas de prix puisqu’elles renforcent un lien de confiance fondamental.

« Nos valeurs résident dans la créativité, le dialogue, la liberté artistique et l’amour de la danse », résume cet hyperactif qui semble toujours en mode multitâche.

À l’affût de tout ce qui bouge de manière intéressante, il suit l’activité culturelle, entretient les liens avec ses camarades, soigne ses relations de presse, met sur pied des ateliers de formation et démarche les collaborateurs dont il veut s’entourer pour répondre à un éventail de besoins allant de la rédaction d’un communiqué à l’élaboration d’un site web, en passant par l’animation de réseaux sociaux et l’organisation de tournées.

Joindre l’utile à l’artistique, c’est devenu son plan de match : une manière de prolonger l’aptitude au mouvement qui a donné un sens à sa vie.

 

Cet article fait partie de l’infolettre À L’OEUVRE du mois de juillet 2018.

Sur le même sujet
  •  Infolettre Investir dans l’imaginaire!

    Depuis 25 ans, le Conseil des arts et des lettres du Québec investit dans l’imaginaire de ...

    En savoir plus
  •  Infolettre René Ruel est nommé directeur des ressources humaines et de l'administration

    Le 27 février dernier, le Conseil des arts et des lettres du Québec a accueilli au sein de son ...

    En savoir plus
  •  Infolettre La diffusion des arts de la scène sous la loupe

    Les membres du Comité de réflexion sur la diffusion des arts de la scène au Québec se sont ...

    En savoir plus