900 000 $ pour contrer les agressions sexuelles et le harcèlement dans le milieu culturel québécois

© Gouvernement du Québec

Sophie Gagnon, dg Clinique juridique Juripop, Marie Montpetit, ministre de la Culture et des Communications, Sophie Prégent, prés. Union des artistes, Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Michel G. Desjardins, dg et dir. des programmes de formation de l'INIS

© INIS
1/2
30 avril 2018 Pour un environnement de travail exempt de harcèlement
À l’automne 2017, dans la foulée du mouvement #metoo et des multiples dénonciations de harcèlement qui ont notamment touché les milieux de la culture et des communications, des associations d’artistes et de producteurs ainsi que des regroupements du secteur culturel se sont mobilisés pour faire le point et se doter de mécanismes communs visant à ce que toutes et tous puissent créer et travailler en toute sécurité. Leurs recommandations ont mené à la signature de la Déclaration pour un environnement de travail exempt de harcèlement dans le milieu culturel québécois. (Liste des signataires)

Le 30 octobre 2017, la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Marie Montpetit, a rencontré les représentants et représentantes de huit associations d’artistes, d’artisans et de producteurs. Elle a offert l’accompagnement du Ministère dans le développement de solutions pour faciliter la dénonciation et la prévention. La clinique juridique Juripop a été mandatée afin de mettre en place un guichet unique d’aide et d’accompagnement des artistes et travailleurs culturels victimes d’agressions sexuelles et de harcèlement sous toutes ses formes.

Le 23 mars 2018, le gouvernement québécois annonçait un investissement de 900 000 $ pour lutter contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans les arts et la culture. (communiqué)

Le 25 avril dernier, Patrimoine Canadien et le Conseil des arts du Canada annonçaient également d’importantes mesures afin de promouvoir les milieux de travail sains, respectueux et exempts de harcèlement. (communiqué)

Position du Conseil des arts et des lettres du Québec concernant les dénonciations d’inconduite et de harcèlement psychologique et sexuel

Le Conseil des arts et des lettres du Québec réaffirme au public, à ses employés et à ses clientèles qu’il tient à offrir un environnement et un milieu de travail sain et exempt de harcèlement.

De la même façon, le Conseil rappelle à ses partenaires et aux personnes (organismes ou artistes) qui reçoivent des fonds du Conseil qu’il leur appartient également de respecter les lois qui leur sont applicables en cette matière. Les situations non conformes, le cas échéant, seront traitées rapidement par le Conseil, conformément aux obligations et aux pouvoirs dont il dispose et en accord avec le présent énoncé.

À cette fin, il a mis en place une consigne interne lors de situations de dénonciation et d’allégation; il ajoutera deux engagements à ce sujet aux lettres d’entente signées par les organismes; il aura recours à la Politique d’encadrement du soutien à la mission lors de situation de gouvernance problématique.

 

Cet article fait partie de l’infolettre À L’OEUVRE du mois de mai 2018.

Consulter l’infolettre
Sur le même sujet
  •  Infolettre Investir dans l’imaginaire!

    Depuis 25 ans, le Conseil des arts et des lettres du Québec investit dans l’imaginaire de ...

    En savoir plus
  •  Infolettre René Ruel est nommé directeur des ressources humaines et de l'administration

    Le 27 février dernier, le Conseil des arts et des lettres du Québec a accueilli au sein de son ...

    En savoir plus
  •  Infolettre La diffusion des arts de la scène sous la loupe

    Les membres du Comité de réflexion sur la diffusion des arts de la scène au Québec se sont ...

    En savoir plus