Passer au contenu
Imprimer

Jacques Godin - Compagnon des arts et des lettres du Québec

Prix et reconnaissances
Logo de la Caisse Desjardins de la Culture
Le Devoir
Jacques Godin, Compagnon des arts et des lettres du Québec
Jacques Godin, Compagnon des arts et des lettres du Québec
© CALQ

C’était un comédien titan, ce cher Jacques Godin. Et l’amour que nous lui portions était tout aussi titanesque. Il est apparu à nos écrans peu de temps après que la télévision elle-même fasse son entrée dans nos salons. Et il y est resté sa vie entière, ne formant qu’un avec la comédie et le drame.

Que ce soit à la radio, au cinéma, à la télévision ou au théâtre, près de 230 productions ont su compter sur le jeu, entre puissance et délicatesse, du grand Godin, démontrant, dans son cas, l’euphémisme de l’expression « marquer le paysage culturel ». Parce que Jacques Godin ne peut avoir marqué le paysage, il en a été un pan.

Son géant simple d’esprit dans Des souris et des hommes s’est inscrit dans l’histoire de la télévision québécoise, atteignant le cœur de plusieurs générations bouleversées par l’empathie et l’humanité qui résonnaient de son interprétation.

Et c’est avec cette même ferveur et cette même profondeur sans cesse renouvelées qu’il a insufflé la vie à des centaines de personnages sur les planches ou à l’écran : du rôle-titre de Radisson à son Ben Ducresson de la première mouture Des belles histoires des pays d’en haut, du tyrannique millionnaire de Sous le signe du lion au vieil homme souffrant de Parkinson dans La dernière fugue, d’En attendant Godot à La Cerisaie, d’O.K. Laliberté à La Donation.

Acteur d’exception, il réussissait à faire transparaître l’âme de chacun de ses rôles, bons ou mauvais, triste ou heureux, tel que peu d’autres ont su le faire avant lui.

«Des souris des hommes» de John Steinbeck. Crédit : Radio-Canada (1971)
© Radio Canada

À propos de l'Ordre des arts et des lettres du Québec

L’Ordre des arts et des lettres du Québec est une distinction du Conseil qui vise à honorer des personnes ayant contribué de manière remarquable, par leur engagement et leur dévouement, au développement, à la promotion ou au rayonnement des arts et des lettres du Québec.

Le Conseil remercie ses partenaires, la Caisse de la Culture et le journal Le Devoir.

Voir les autres récipiendaires

© CALQ

Retour au haut de la page